Retrouvailles — Mary

 :: L'Avalon :: Secteur vie :: Les chambres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
@ Equipage
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 159
Points : 45
Retrouvailles
Mary & Megan

Libre pour quelques heures, son horaire n'indique rien mais elle est toujours au service des passagers malgré tout, ils ne sont pas assez pour se permettre d'être indisponible, Megan se dirige vers les chambres. Elle a quelqu'un à aller voir. Elle aurait bien assisté à son réveil, mais elle devait s'occuper de d'autres personnes et n'a pas pu arriver à temps. Elle n'est pas inquiète, les réveils se sont bien passés et il n'y aucune raison pour ne pas que celui de Mary se soit passé mal. Elle ne connaît pas depuis très longtemps (c'est relatif comme il y a eu cent vingt-ans de sommeil pour la journaliste, quatre ans d'éveil pour elle... pour Mary, cela doit faire quelques heures qu'elles n'ont pas dû se voir. Quelques heures qui ont amené bien des changements. Des regrettables changements. Bref, c'est chez la brune que son mari et elle ont passé les quelques temps précédent le départ de l'Avalon. Elle devait être plus tôt à Détroit pour pouvoir se familiariser avec le vaisseau et ses technologies. Une vraie chance, ce qu'elle a pensé sur le coup, lorsqu'il a dû décoller en avance.
Shawn est resté chez Mary en attendant que ce soit à son tour de partir, ce qu'il n'a pas pu faire complètement, comme bien d'autres personnes, injustement tuées alors qu'elles tentaient de survivre, tout simplement. Elle ne comprend pas cette décision prise, de ne pas les laisser vivre. Ils auraient sûrement été morts à cause des bombes ou à cause de leurs effets secondaires. Elle secoue la tête, prend une grande inspiration. Cela ne va la mener à rien de ressasser tout cela encore une fois. Ce qu'elle n'a pas arrêté de faire lors de ses réveils, sauf les premiers trop triste et atterrée pour réussir à penser correctement. Quatre ans de réveil, quatre ans de pris, et elle n'est toujours pas arrivée à comprendre pourquoi ils ont fait.
Dans l'immédiat, elle espère que la journaliste va la reconnaître malgré ses quatre ans de pris. Elle a l'impression d'avoir bien vieilli, la faute à tous ses pleurs sûrement. C'est une pensée complètement stupide et superficielle, mais elle est plus légère que ce à quoi elle peut penser habituellement. Pensées légères qui ne vont pas rester, elle est devant la chambre de Mary. Elle est nerveuse, inquiète, sans trop savoir pourquoi. Peut-être parce qu'elle est une des rares personnes qu'elle connaît d'avant, qui a rencontré son mari... elle ne sait pas.
Elle cogne à la porte, elle espère qu'elle est là. Bon, au pire elle va la chercher. Ce n'est pas comme si elle pouvait aller bien loin – Salut. dit-elle, prudemment, lorsque la porte s'ouvre, enfin passe de gauche à droite pour se cacher dans le mur. Elle ne sait pas si elle a lu ses messages, si elle est au courant de ce qui est arrivé. Elle se montre prudente, elle ne sait pas comment elle va réagir.
Mar 23 Jan 2018 - 2:36
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Survivants
Date d'inscription : 07/01/2018
Messages : 28
Points : 34
Je m'étais réveillée depuis quelques heures maintenant. Toujours allongée le regard perdu dans le plafond si proche je me suis rendue compte que l'on était plus sur Terre. Depuis que j'ai ouvert les yeux j'hésite, je ne sais pas ce que je dois faire. Dois-je sortir ou attendre qu'un des membres de l'équipage ne vienne s'enquérir de comment je me trouve à cet instant ? Concrètement, je ne sais pas du tout quel est le protocole, si l'on doit voir quelqu'un ou si simplement nous nous mêlons aux autres et faisons comme si rien ne s'était passé ?

Je me mets debout et commence à faire les 100 pas dans ma cabine. Mon ours en peluche traîne à terre, je le récupère et lui parle

« Mon pauvre, je me demande dans quelle aventure nous voilà partis » c'est un peu une réflexion pour moi-même à laquelle je suis simplement incapable de répondre. Je m'installe à nouveau sur le lit. Cela doit faire au bas mot plus de 10 fois que je la fixe. J'ai envie de sortir de cette chambre. J'ai entendu des bruits d'autres passages réveillés mais pour l'instant je n'ai pas voulu sortir. Ce n'est pas de la peur, non c'est juste une profonde timidité qui me maintient dans cette cabine.

Puis ce bruit derrière cette porte, des pas qui se rapprochent et qui s'arrêtent devant. Je fronce les sourcils et mon cœur tambourine. Lorsque la personne frappe je me trouve décontenancée. Je dois me lever, c'est probablement un membre de l'équipage qui vient s'inquiéter de mon état.

C'est tremblante que je me rapproche de cette porte, bien mal assurée que je l'ouvre jusqu'à entendre la voix qui me rassure. Megan. Je ne suis pas très démonstratrice et je me contiens alors que j'ouvre plus largement la porte. Je la vois un peu réservée, voulant presque se glisser dans un mur et je m'en rapproche. Son visage a pris quelques années mais elle reste elle-même, sa voix n'a pas changé. Ses yeux portent les stigmates de larmes et je me trouve surprise. Je ne comprends pas sur le coup.

Je secoue la tête et doucement je murmure « Megan ? C'est bien toi ? Je t'en prie, rentres dans ma cabine, on sera plus à l'aise pour discuter » je suis rassurée que ce soit elle qui vienne s'inquiéter ; un tout autre membre de l'équipage ne m'aurait pas mis autant à l'aise. Je recule la laissant rentrer «  Merci d'être venue me voir, je ne suis pas sûre que je me sois confiée à un autre membre de l'équipage que toi-même ». Mais je m'inquiète pour elle et de ses épaules qui semblent porter tout le poids du monde « Dis moi tout, tout ce que je dois savoir, que s'est-il passé ? »
Dim 28 Jan 2018 - 10:57
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
@ Equipage
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 159
Points : 45
Cela lui fait bizarre de revoir la jeune femme, mais elle est contente de la voir. Elle est l'une des rare à connaître son mari, et Megan brûle d'envie de lui en parler, même si elle sait très bien que ce n'est pas le moment. La journaliste va devoir faire son deuil avant. Ou pas, car elle constate assez vite qu'elle ne semble pas être très triste. – C'est bien moi, j'ai si changé que ça ? s'enquit-elle, inquiète. C'est très superficiel, mais elle ne peut pas s'en empêcher. Elle entre, surprise de retrouver Mary dans cet état. Un état normal, comme si rien ne l'avait atteint. Elle ne l'a pas connue très longtemps, mais ce n'est pas son genre... à moins qu'elle ne soit une très bonne actrice. Elle ne reste pas très longtemps dans le doute, elle est soulagé que ce soit elle.
Elle lui fait un sourire, un peu rouillé mais il est là. – Tu veux te confier à propos de quoi ? C'est rassurant, peut-être qu'elle n'a juste pas réalisé ce qu'elle a pu entendre. Ou encore qu'elle pense que le réveil à des effets secondaires bien étranges. Elle lui demande ensuite de tout lui dire, ce qu'elle doit savoir et ce qui est arrivé. – Tu n'as pas regardé tes messages ? Elle veut en être sûre avant, elle ne sait pas comment elle veut apprendre cela. Elle semble confuse, ce qui est compréhensible après le réveil, mais pas triste ou atterrée. Ce qui n'est pas normal. Lui poser cette question est assez important. Elle ne sait pas si quelqu'un qu'elle connaît était dans l'Excalibur, mais si ce n'était pas le cas, d'autres personnes ont pu lui donner des nouvelles.
De ce qu'on lui a dit, certaines personnes ont dépensé énormément pour envoyer un dernier message jusque dans l'espace puisque de toute façon elles allaient mourir. Des compagnies, ont décidé de rendre le tout gratuit puisque de toute façon, c'était la fin. Alors, même si la brune ne connaissait personne dans l'Excalibur, elle a très bien pu recevoir des messages d'autres proches. Cela n'a peut-être pas été un réflexe chez elle, elle est peut-être encore endormie par son long sommeil ou elle ne s'est pas sentie prête à écouter des voix de gens qu'elle ne pourra plus entendre qu'autrement.
– Tu veux les entendre ou je te raconte tout ? Est-ce qu'elle préfère entendre les nouvelles par des personnes qu'elle connaît même si ce n'est pas direct ou elle préfère les entendre de vive voix ? Elle ne veut pas lui imposer une de ces décisions, elle va être là dans les deux cas à la soutenir comme elle le peut. Bien que cela fasse quatre ans qu'elle le sait, elle en est toujours atterrée et voir les passagers réagir est loin de l'aider.
Sam 3 Fév 2018 - 2:50
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Survivants
Date d'inscription : 07/01/2018
Messages : 28
Points : 34
Lorsque j'ai ouvert cette porte et que j'ai croisé le regard de Megan mon cœur a cessé l'espace d'un instant. J'étais profondément heureuse de la revoir mais angoissée. Concrètement je ne savais rien car je ne voulais pas sortir mais à la vue de son regard, de ses traits fatigués je ressentais une information pour le moins terrible.

Je savais que j'avais des messages mais je ne voulais pas les consulter pas pour l'instant. J'ai toujours été journaliste et je n'aimais pas lire les informations provenant des autres. J'ai toujours été habituée à être sur le terrain à couvrir les grandes lignes d'informations. Je préférais toujours recevoir les informations des autres de manière plutôt orale qu'écrite. Je suis douée dans ce que je fais et au travers de l'écriture certaines situations peuvent être amoindries. Le regard de la personne qui conte trahit ses pensées les plus profondes. C'est pour cette raison que j'attendais de voir une tête connue pour comprendre les raisons de ces cris, de ces pleurs.

Je me détends à peu à sa question et je souris « Non nullement mais j'espérais tellement que le premier membre de l'équipage soit... » je marque un temps de pause « Toi ». Non pas que je n'ai nulle confiance en les autres mais elle sait à quel point j'ai besoin d'être rassurée. Et cet instant là ne pouvait pas mieux tomber. La question qui suit provoque un soupir d'incompréhension et je lui réponds « De tout » alors que je rejoins ma couchette pour m'asseoir.

Mon amie enchaîne les questions aussi vite que je ne puis lui répondre et je secoue la tête « Non je ne veux pas les voir ni même les entendre. Je veux que tu me dises ce qu'il s'est déroulé aussi dur cela semble être pour les différents passagers je veux l'entendre dans la voix de quelqu'un qui me fait face».

Ma tête se relève pour regarder la jeune femme dans les yeux. Je sens à sa dernière question que les mots, les nouvelles qu'elle va m'annoncer sont loin d'en être des bonnes mais je suis prête. Je hoche la tête et lui murmure

« Vas y racontes moi tout et je t'en prie assieds toi » je me lève pour aller récupérer une bouteille d'eau deux verres. Je remplis les deux récipients et lui tend le sien alors que je me réinstalle

« Je suis prête à tout entendre, dis moi ce qu'il s'est passé depuis que je me suis endormie, s'il te plait ».
Mer 7 Fév 2018 - 23:45
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
@ Equipage
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 159
Points : 45
Megan se doute bien qu'avec l'expression qu'elle a, l'air qu'elle a, Mary va savoir qu'elle ne va pas bien. Elles se sont connues quelques mois et ont donc appris à se connaître. Sans oublier qu'elle est journaliste et que de faire des liens est son travail. Quoique même avec un autre boulot, ça ne serait pas très compliqué de s'apercevoir que tout n'est pas rose. – J'ai pas pu venir avant. s'excuse-t-elle. Elle a essayé, mais elle n'a pas été capable.
La brune n'a pris aucune nouvelle, n'a pas écouté ses messages. Elle veut tout savoir avec quelqu'un en face d'elle. Elle n'a pas trop le choix, elle va devoir lui dire. De l'eau est donnée, elle prend une gorgée et dépose ensuite le verre. Elle préfère ne rien tenir de cassant entre ses mains. Elle serre la main de la jeune femme, elle la regarde, serre ses lèvres l'une contre l'autre. Elle ne sait pas comment commencer, elle ne sait pas comment aborder le sujet.
Elle prend une grande inspiration, ferme les yeux et commence à parler. – Quelques mois après qu'on soit parti et endormi... y'a eu une bombe nucléaire. commence-t-elle à expliquer. Elle ouvre les yeux, serre une nouvelle fois ses lèvres... malheureusement, ce n'est que le début. – L'Excalibur a décidé de décoller le plus rapidement possible et d'embarquer le plus de personnes, même celle qui ne devait pas embarquer. Elle prend une petite pause, le pire arrive. – Une autre bombe a été lancée en réplique à l'autre et ils sont partis tout de suite même si le vaisseau était pas plein. Elle aimerait avoir à ne pas dire le reste. – Une troisième bombe a été lancée et on les attaqué dans les airs... et on a plus de nouvelles depuis. termine-t-elle, pleurant.
Elle prend ensuite doucement dans ses bras la jeune femme, ne sachant pas trop quoi faire ensuite. En somme, il n'y a pas de chance qu'ils soient vivants aujourd'hui. Même s'ils ont résisté à l'attaque, qu'ils ont eu le temps de sauter en parachute ou qu'un atterrissage d'urgence a été réussi, après trois bombes nucléaires... les chances de survie sont minimes. Sûrement impossible en fait du peu qu'elle en sait sur les bombes nucléaires. Et c'est ça le pire. Tout comme l'attaque sur le vaisseau. Pourquoi s'en prendre à lui ? Pourquoi ne pas vouloir souhaiter un peu plus de survivants ? Qui peut souhaiter cela ? Il y a tant de questions qui vont rester sans réponse. Pas seulement parce qu'elles sont compliquées à répondre, mais parce qu'elles sont impossibles. Ils sont à l'autre bout de l'univers (ou dans ce coin là), avec aucune nouvelle de personne depuis plus d'une centaine d'années. Ce qui est mauvais signe. Vraiment très mauvais signe.
Elle ne dit plus rien ensuite, elle attend la réaction de la jeune femme. Quelle sorte va-t-elle avoir ? Megan en a vu de toutes les sortes de la part des employés mais aussi des passagers. Surtout le déni, tellement de déni, de la colère, de la confusion, de la tristesse... elle pense être prête à réagir aux futures réactions de Mary... même si elle ne pense pas être prête un jour pour cela. C'est tellement difficile, inattendu, triste, dramatique. Elle ne pense pas qu'il puisse y avoir assez de mot pour pouvoir décrire ce qui est arrivé. Leur monde qui n'allait pas très bien est à présent complètement fichu, sans espoir.
Dim 18 Fév 2018 - 20:49
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halfway To Nowhere :: L'Avalon :: Secteur vie :: Les chambres-
Sauter vers: