Prête à l'emploi [PV Anandita]

 :: L'Avalon :: Secteur vie :: L'infirmerie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Passagers clandestins
Date d'inscription : 28/12/2017
Messages : 72
Points : 77
Norah se levait toujours en même temps que Daniel pour pouvoir avaler son petit déjeuner en compagnie de son mari, ensuite il travaillait beaucoup dans des salles où elle n’avait pas vraiment l’autorisation d’accéder. Une fois levée hors de question de flemmarder, elle passait la plupart de son temps à la bibliothèque ou elle étudiait comme une acharnée, mais parfois elle la quittait pour aller aider des passagers à qui elle avait promis un coup de main. La jeune femme se rendait disponible en particulier auprès de l’équipage qui ne pouvait pas vraiment ignorer leurs tâches quotidiennes. C’était sa façon de payer sa dette, même si elle ne se sentait pas coupable d’être en vie sur l’Avalon.

Malheureusement beaucoup de personne étaient en plein deuil et avaient besoin de rejeter la faute sur quelqu’un et cela tombait sur les passagers clandestins. C’était un comportement irrationnel. Le vaisseau était à moitié vide, elle n’avait volé la place à personne. Au contraire elle était une paire de bras en plus, mais elle comprenait leur douleur et ce qui les poussait à agir ainsi. Il était préférable de laisser couler, au moins quelque temps, elle n’allait pas non plus continuellement s’offrir comme souffre-douleur. Mais pour le moment mieux valait fermer sa bouche et rendre service autant que possible, c’était la meilleure attitude à avoir pour ne pas gagner de blâme supplémentaire. Norah était courageuse elle pouvait le supporter, la seule chose qui la faisait devenir folle, c’était quand c’était son bébé était sous le feu de la critique, c’était sa limite.

Aujourd’hui elle avait promis son aide à la psy de l’équipage, une jeune femme aux vêtements souvent fleuri. La jeune femme se doutait que sa situation ne devait pas être facile avec tous ses potentiels patients, son conjoint l’avait présenté la veille à la jeune femme et aussitôt elle avait proposé son aide. Elle n’y connaissait rien à la psychologie, mais elle pouvait certainement classer de la paperasse ou aider à la prise de rendez-vous, elle était prête à un peu près n’importe quoi. Sur Terre elle n’avait jamais craché sur un emploi. Elle avait tenté d’être présentable, mais malheureusement son jean commençait à être un peu étroit, elle n’avait pas pu le boutonner entièrement, heureusement la chemise bleu de son mari cachait admirablement cela. Ses cheveux étaient coiffés en une couronne de tresse et elle avait appliqué sur ses lèvres un labello à la cerise légèrement teinté. Elle frappa à la porte du bureau d’Anandita et elle entra quand elle entendit cette dernière lui permettre.

- Bonjour Madame Mahal. Comment allez-vous aujourd’hui ? Comment puis-je vous aider ?

Droite comme un I elle attendait ses directives.

_________________

Sam 13 Jan 2018 - 18:30
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Equipage
Date d'inscription : 11/01/2018
Messages : 49
Points : 26


Comment t'aider ? Anandita & Norah Une fois toutes les personnes présentes dans le vaisseau réveillées, une certaine routine s'était installée à bord de l'Avalon. Ana, elle, ne pouvait pas se permettre de céder à l'appel du quotidien, elle devait se tenir toujours prête à intervenir auprès d'une personne en détresse. Ou même pour des rendez-vous de suivi. Autant dire que ce n'était pas simple de suivre un emploi du temps toute seule, même si elle était très organisée.

Aujourd'hui, elle s'était levée assez tôt, quoi que tôt puisse dire dans l'espace sans repère, justement pour avoir le temps de mettre en ordre ses papiers avant l'arrivée de la compagne d'un de ses collègues. Norah Breckman. La psychologue ne savait pas grand-chose d'elle, mais elle pouvait deviner beaucoup rien qu'en voyant la demoiselle. Son nom n'était pas sur la liste officielle définie des passagers, c'était donc une clandestine, probablement introduite par Daniel. Et elle se sentait peut-être coupable vis-à-vis des autres qui prenaient un malin plaisir à fustiger les clandestins, comme si c'était de leur faute que les autres vaisseaux se soient crashés. Ridicule comme attitude. Du coup, Norah essayait d'apporter son aide à qui le voulait bien, malgré son état moins que brillant. Peut-être une maladie chronique, un problème d'estomac, ou encore même un bébé dans le ventre ? Ana n'était pas là pour faire des suppositions et répandre des rumeurs. Du coup, elle comptait lui confier du travail de bureau, tester ses capacités par rapport à la médecine, et voir comment elle pouvait l'aider. Elle envisageait même de lui confier un travail permanent selon comment cette journée se passerait, pour lui assurer une place tranquille.

Après avoir enfilé une robe fleurie sobre, Anandita avala un repas rapide, puis se réfugia dans son office, prête à accueillir sa visiteuse. Peut-être même aurait-elle l'occasion de discuter avec la demoiselle et de lui offrir une aide psychologique ? Cela restait à voir selon le caractère de Norah et son adaptation au travail.

"Bonjour Norah, entrez je vous prie, mettez-vous à l'aise ! Je vais bien, je vous remercie. Et vous, bien dormi ? Pas trop d'agitation ? Appelez-moi Ana, ou alors Anandita si ça vous rend mal à l'aise," accueillit-elle la demoiselle avec un sourire doux. "Aujourd'hui, il s'agit principalement d'administration. J'ai beaucoup de papiers à classer, selon les passagers qui sont effectivement à bord, et des éventuels rendez-vous à prendre. Mon agenda se situe juste là, il faut également vérifier si je n'ai pas de rendez-vous aujourd'hui, ou des patients imprévus. Je compte également vous questionner de temps à autre sur vos connaissances médicales. Est-ce que cela vous convient, Norah ?"

Ana se tourna face à Norah, prête à accueillir toutes les questions possibles, y compris le pourquoi elle faisait cela pour la clandestine.
© Justayne
Dim 14 Jan 2018 - 12:41
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Passagers clandestins
Date d'inscription : 28/12/2017
Messages : 72
Points : 77
Norah n’avait jamais eu de problème avec sa taille avant d’entrer sur ce vaisseau. Là ou sur Terre cela lui permettait de compenser sa silhouette menue, ici cela lui semblait être parfois un désavantage, elle ne pouvait pas se cacher. Mais dans ce bureau elle n’en avait pas besoin, elle s’adossa sur une paroi, n’osant pas encore s’asseoir et n’aimant pas vraiment resté planté là comme ça.

- J’ai très bien dormi merci de demander…

Daniel et elle n’avait pas moyen de se payer une suite, mais avoir sa propre chambre avait ses avantages. Norah n’avait jamais été une grosse dormeuse, bien au contraire elle dormait très peu, elle pouvait donc veiller plus tard afin de se lever à la même heure que son conjoint. Son bébé à cause de l’hibernation avait été forcé de prendre le même rythme qu’elle alors tout allait bien. Les soucis de début de grossesse ou elle était constamment nauséeuse étaient terminés. Le médecin de l’Avalon était confiant.

- Anandita est un très joli prénom, mais je peux vous appeler Ana.

Norah lui sourit également et se permit d’approcher pour regarder l’agenda qu’Ana lui montrait. Tout cela était dans ses cordes, sauf peut-être la dernière partie, elle n’avait même pas terminé le lycée à cause de la maladie de son père et dernièrement elle s’était surtout concentrée sur les maths et la mécanique, son rêve secret étant d’être ingénieur depuis toute petite. Elle n’osait pas en parler, tout le monde à part les intrus étant des gens très intelligents ayant tous étudié. Elle ne voulait pas être questionnée, elle savait déjà bien que c’était quasi impossible.

- Je ne connais rien au domaine médical je dois avouer… J’étais mécanicienne principalement sur terre, mais vous pouvez toujours me poser les questions, un peu de savoir n’est jamais inutile.

Il était fini le temps ou toutes ses paroles étaient calculés, ça c’était avant quand elle essayait de survivre. Quelque part elle avait réussi au-delà de ses espérances, ses créanciers étaient tous morts et son mari était séduisant et adorable.

- Pour le papier à classer et les rendez-vous cela devrait aller. Merci beaucoup de me laisser vous aider Ana. Votre premier rendez-vous est dans 45 minutes avec Mme Tomasson, c’est votre premier rendez-vous avec elle. Il me semble qu’elle est géologue.

Norah avait beau essayé de se faire discrète, elle restait observatrice et cette femme faisait partie des personnes avec qui elle s’était réveillée sous sa fausse identité Tran. Elle l’avait ensuite aperçut à de nombreuse reprise à la salle de restauration commune, une fois elle était devant elle dans la queue et elle l’avait entendu parler de son métier. Norah referma l’agenda.

- Vous êtes courageuse… fit-elle à Ana. Vraiment.

C’était une façon de tendre sa main sans brusquer la jeune femme. Si elle n’avait pas envie de parler, elle classerait sans sourciller les dossiers qu’elle lui donnerait. Norah n’avait pas peur du silence, son père n’avait jamais été un bavard.


_________________

Dim 14 Jan 2018 - 19:05
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Equipage
Date d'inscription : 11/01/2018
Messages : 49
Points : 26


Comment t'aider ? Anandita & Norah Ana adressa un sourire doux à la jeune femme.

"C'est très gentil de votre part, Norah, mais je fais juste le travail pour lequel j'ai été entraînée !" s'exclama-t-elle en riant. "Installez-vous, asseyez-vous surtout, faîtes comme chez vous ! Mme Tomasson donc. Qu'est-ce que vous pouvez me dire sur elle ?"

Si la jeune femme avait pu trouver que la patiente était géologue, c'était qu'elle l'avait déjà vue. Et donc, qu'elle pouvait avoir des informations importantes sur le comportement de la dame. La base du métier de psychologue quoi. Autrement dit, Norah était bien partie pour devenir indispensable pour Anandita.

Elle alla s'installer sur le canapé, réarrangeant les fleurs jusqu'à ce qu'elles soient placées à sa convenance. Elle lissa ensuite le dossier prêt à la lecture de sa patiente, puis le calepin prêt à l'emploi. C'était des gestes quotidiens, un rituel longtemps établi sur Terre. C'était sa façon à elle de se tenir prête à faire son métier.

"Vous savez observer les gens et recueillir des informations sur eux, donc vous avez la moitié de ce qu'il faut pour mon métier. Observer le comportement des gens, savoir en déduire des choses, c'est vital pour être dans le domaine médical. Après, ce sont les études qui apportent l'autre moitié du métier, mais ça peut être acquis par l'expérience ! Si vous avez envie de tenter un métier Norah, n'hésitez pas. Il est trop tard pour regretter de ne pas faire ce que l'on veut. Les regrets doivent rester dans le passé, l'avenir est à nous."

Ana n'avait pas prévu de faire un petit discours aussi positif, mais elle s'était laissée emporter par le moment présent. Norah réveillait en elle l'envie de protéger des gens, de prendre soin d'eux.
© Justayne
Ven 19 Jan 2018 - 18:53
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Passagers clandestins
Date d'inscription : 28/12/2017
Messages : 72
Points : 77
Le travail qu’on lui avait attribué, personne n’aurait pu prévoir ce qui était arrivé. Ana était bien trop humble songea Norah, la métisse avait parfois envie de secouer ses gens-là. Depuis le début avec Daniel elle avait été son soutien et cela n’avait pas pris fin avec son réveil, c’était sa nature d’encourager les personnes qu’elle jugeait digne et son mari l’était. Elle voulait sa réussite, même si elle ne négligeait pas la sienne. Cela lui fit un bref instant sourire en songeant à son passé de cheerleadeur. Norah s’assit avec plaisir commençant à ne plus trop savoir comment ranger sa grande carcasse. Assise les genoux collés entre eux elle reprit la parole.

- Vous êtes trop humble, fit-elle avec une fermeté assez étonnante pour son jeune âge. Je ne connais pas grand-chose de Madame Tomasson je dois avouer, ce que j’ai appris je l’ai glané en tendant l’oreille et parce que je me suis réveillée pas très loin d’elle. Mais il ne m’est pas facile de nouer des liens, déjà car je n’aurais pas dû être sur le vaisseau et en plus j’ai mon mari avec moi, pour ceux qui ont perdus tous leur proche ce semblant de bonheur est insupportable, même si Daniel a beaucoup perdu également.

Encore une fois elle ne parlait pas vraiment de son cas à elle, elle n’aimait pas se confier. Elle n’était pas comme les autres à déprimer, à vrai dire elle profitait même de cette faiblesse collective pour avancer ses pions à elle grâce à l’instruction. Elle travaillait sans cesse et ne semblait jamais fatiguée, dès son plus jeune âge elle avait toujours été intenable soit en courant dans tous les sens soit en posant des millions de questions.

- Ce n’est pas si extraordinaire, appuya Norah ayant du mal à accepter le compliment, elle se voyait plus comme une manipulatrice que comme une fine psychologue. Merci pour vos encouragements. J’hésite beaucoup entre l’ingénierie et l’architecture, mais au moins pour les deux il faut des maths et je me concentre dessus en attendant de trancher…

En réalité l’architecture lui semblait plus abordable, mais être ingénieur c’était gagner la possibilité de passer plus de temps avec son mari. Son mariage n’était peut-être qu’un billet de survie pour le moment, mais elle était croyante pour elle un mariage était indissoluble et elle voulait vraiment réussir sa vie avec Daniel.

- Vous avez toujours voulu devenir psychologue ? C’est un métier qui doit être à la fois exaltant et frustrant. Découvrir les aspects de la personnalité humaine, mais devoir garder un certain détachement. Je ne sais pas si j’en serais capable.

Norah n’avait pas vraiment connaissance de la réputation de la famille d’Ana. Elle ferma le répertoire elle avait retenu le programme de la matinée, elle avait une bonne mémoire. Elle se repencherait dessus à la pause du repas pour l’après-midi.

- Je peux peut-être prendre les rendez-vous lorsque vous serez en séance, histoire d’éviter d’interrompre vos discutions ?

Elle avait vu un psychologue sur terre trois ou quatre séance, avant d’être agacée notamment par ses interruptions.

_________________

Dim 4 Fév 2018 - 19:48
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Equipage
Date d'inscription : 11/01/2018
Messages : 49
Points : 26


Comment t'aider ? Anandita & Norah La jeune femme avait réagi plus fermement que ce à quoi s'attendait Ana, mais c'était une très bonne chose. Norah avait du caractère et des convictions, il fallait juste les réveiller pour permettre à la nature de cette demoiselle perdue de s'épanouir comme une fleur au soleil gorgée d'eau. Et si Ana devait être l'eau en discutant avec Norah, alors qu'il en soit ainsi, ce n'était pas une obligation désagréable, bien au contraire !

"Vous me flattez Norah, mais je suis juste une psychologue parmi tant d'autres. J'ai souvent besoin de parler aux gens pour arriver à déterminer comment les aider, et c'est parfois compliqué de les amener à mettre des mots sur leur malaise, leurs problèmes. La technique de l'humain est souvent celle de l'autruche, ignorer le problème en espérant vainement qu'il disparaisse de lui-même. Ce qui est stupide, vous en conviendrez."

Malgré la réputation sur Terre de la famille Mahal, Anandita avait appris depuis longtemps à être humble et à ne pas être excessivement fière de ses capacités. Elle savait faire deux-trois trucs, ok, autant qu'elle les mette au service des autres. C'était sa mentalité et son éducation. Ils auraient facilement pu prendre la grosse tête, les Mahal, mais chacun avait toujours veillé à ce que ça n'arrive pas, et les piques d'orgueil mal placé avaient vite été étouffées à chaque fois.

"Peut-être n'auriez-vous pas dû être sur ce vaisseau. Soit. Mais c'est ainsi, vous êtes dessus, et les autres devront l'accepter, ainsi que vous-même. Le passé est le passé, il n'est plus temps de regretter nos décisions d'il y a plusieurs années, c'est sur le présent et le futur que nous devons nous concentrer. La vie est bien assez dure sans y ajouter un poids en plus. Les mathématiques sont une discipline très utile, et vous avez le temps de trancher entre les deux. En tout cas, si vous avez besoin d'un point de vue biologique, physique ou chimique, je suis votre homme !" s'exclama la jeune femme en riant.

Il était difficile d'amener Norah à parler de ce qui la dérangeait, mais Ana ne baissait pas les bras. Cette femme avait aussi besoin de son aide, et elle ne lâcherait pas l'affaire. Chaque chose en son temps.

"Disons que ma famille baignait dans le domaine de la médecine depuis toujours. Et ça nous a toujours fascinés. Au final, c'était juste une question de choisir le domaine de prédilection.  Pour mon père, ça a été la neurologie, pour ma mère, les troubles mentaux et en particulier la bipolarité, et mon frère voulait se spécialiser dans la médecine des poumons, avec les cancers du poumon. Moi, je veux juste aider les gens à se sentir bien, en les écoutant, et en leur conseillant de possibles solutions. J'ai découvert que la plupart du temps, les gens ont juste besoin d'être écoutés et entendus pour que ça les soulage un peu. Oui en effet, ça serait apprécié, merci Norah." Un pause, et un soupir. "Vous savez, parfois je me sens aussi comme une voleuse de place ici... je n'étais pas spécialement censée atterrir aussi. J'aurais dû être à bord de l'Excalibur."

Ça, c'était son petit secret. Sa pièce sombre dans son esprit. Mais elle avait préféré embarquer sur l'Avalon. Pour le mieux. Ana secoua ses jolies boucles, pour dégager son esprit, avant de relever la tête qu'elle avait baissée lors de sa prise de parole, adressant un sourire rassurant à Norah. Il était presque l'heure du premier rendez-vous.

© Justayne
Sam 3 Mar 2018 - 16:37
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Passagers clandestins
Date d'inscription : 28/12/2017
Messages : 72
Points : 77
- Je pense parfois avoir fait l’autruche, parce que je ne pouvais pas me permettre d’exploser dans ses moments-là, parce que j’avais trop de responsabilité…

Que sa famille comptait sur elle, en particulier son père, qu’il fallait bien payer une part de loyer, car elle se refusait à loger complètement gratuitement chez son oncle, avec le recul c’était ridicule car au final il l’aidait avec les dettes, mais sur le coup ça lui donnait un sentiment de maitrise dont elle avait terriblement besoin. Il y avait le frigo à remplir, elle avait vécu des années à manger des pâtes, mais elle travaillait tellement que sa ligne n’avait pas à en souffrir, au contraire elle n’avait cessé de maigrir jusqu’à en avoir les genoux qui flanchent. Elle n’avait jamais été à l’hôpital pour cela, elle c’était contentée de serrer les dents et c’était finalement le médecin du vaisseau qui lui avait donné un traitement. La cantine l’aidait à reprendre du poids, elle en avait perdu beaucoup au début de sa grossesse à cause des nausées, c’était pour cela que Daniel l’avait poussé à voir un médecin craignant un cancer, elle n’avait même pas eu à avouer d'elle même qu’elle était enceinte, les tests sanguins avaient tout révélés.

- Mais c’est vrai que cela ne sert qu’à retarder l’inévitable, on finit toujours par devoir faire face. Je serais ravie que vous m’aidiez pour la physique et la chimie, cela peut-être utile en ingénierie je pense. Votre famille devait être extraordinaire… Ma mère faisait des ménages et quand elle est partie je crois qu’elle a fini femme au foyer, elle avait eu mon frère aîné très jeune à 16 ans. Mon père était prof d’Aikido.

Elle pensait à donner des cours lorsqu’elle aurait accouché, à vrai dire elle aurait voulu en donner immédiatement, mais Daniel aurait fermement refusé, il était parfois terriblement protecteur, cela pouvait l’agacer comme la toucher, cela dépendait des jours et de son humeur. Les hormones du à sa grossesse jouant elle avait de plus en plus de saute d’humeur. Elle n’aimait pas ça, elle devait au contraire se contrôler au mieux vu sa situation.

- L’Escalibur c’était ma place aussi…

Elle fit une pause, à quoi bon retarder l’inévitable Ana ne semblait pas du genre à lui faire des reproches. Tôt ou tard les pulls et chemise large ne suffiraient plus, même si elle était descendue bien bas en début de grossesse entre nausée et malnutrition. Elle avait hâte que sa grossesse se voit quelques part et autre part elle avait peur que certain disent tout haut la vérité que Daniel semblait ne pas voir, elle était tombée enceinte exprès pour échapper à ses dettes. Elle avait hâte de retrouver le sommet de sa forme, quand elle avait 16 ans et qu’elle était mince, mais en muscle.

- Mais j’étais enceinte, j’étais incapable de rester en place, j’ai failli perdre le bébé à cause de ça et une grosse à terme semblait de plus en plus compromise, sauf qu’il n’y avait qu’une place se serait donc le bébé ou moi. Daniel ne voulait pas choisir et c’est pour cela qu’il m’a fait entrer clandestinement… Il m’a sauvé la vie.

Et elle ne cessait de le décevoir, elle se mordilla la lèvre inférieure.

- Bref… Elle n’aimait pas vraiment s’attarder sur elle. Heureusement que vous êtes à bord, tellement de gens doivent avoir besoin de vous.

Et elle qui avait besoin d’elle ? Daniel ? Ce n’était même pas sûre elle l’avait probablement déçu en lui avouant à quel point ses sentiments étaient troubles. Elle aurait tellement apprécié pouvoir se saouler, mais elle ne pouvait pas.

- Pourquoi êtes-vous monté sur l’Avalon du coup ? Enfin si ce n’est pas trop indiscret…

_________________

Dim 18 Mar 2018 - 17:27
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halfway To Nowhere :: L'Avalon :: Secteur vie :: L'infirmerie-
Sauter vers: